258176-bronze.jpg
 
 

Confortablement allongé dans un matelas spécialement conçu pour conduire les vibrations de la harpe classique, faites l’expérience d’une profonde relaxation au cours de laquelle je composerai pour vous la mélodie la plus adaptée.

Laissez-vous surprendre par les qualités de cette musique qui saura non seulement dynamiser votre énergie et diminuer vos tensions, mais aussi participer à étendre votre conscience corporelle.

 

Session privée 90$

 
 
 
 

La thérapie vibroacoustique par la harpe

Sarajane Williams
traduction: Josée Poirier

Le terme de thérapie vibroacoustique (TVA) a été inventé dans les années 1980 par le thérapeute et pédagogue norvégien Olav Skille. Au cours de cette thérapie, le patient est étendu sur un lit ou assis dans un fauteuil à hautparleurs intégrés qui délivre des sons à basses fréquences. Les ondes sonores sont ainsi transmises au corps par conduction directe. « Les ondes sonores font vibrer le corps de façon variable et, à 100 Hz, 2 % de l’énergie sont absorbés par le patient » (Broner, 1978). On produit généralement ces sons à basses fréquences à l’aide d’un générateur de tonalité ou d’une musique préenregistrée. Les recherches sur la thérapie vibroacoustique effectuées en Norvège, en Allemagne, en Angleterre, en Estonie, en Finlande et en Suède ont démontré son efficacité thérapeutique sur les maladies rhumatismales, la spasticité musculaire, les affections pulmonaires, l’insomnie et le lymphœdème.

 

Selon le Dr George Patrick, du National Institutes of Health (États-Unis), la thérapie vibroacoustique déclenche une « réponse de relaxation » (terme créé par le Dr Herbert Benson). En état de relaxation, avec des rythmes cérébraux en basses fréquences alpha et thêta comme dans les états induits par la méditation, l’apprentissage par biorétroaction ou la musique, des bêta-endorphines sont libérées dans le cerveau et créent un effet analgésique. On observe aussi une baisse de la tension artérielle, des fréquences respiratoire et cardiaque, et un ralentissement du métabolisme. Une étude réalisée sur 268adultes présentant divers diagnostics révèle une réduction cliniquement et statistiquement significative de la douleur, du niveau d’anxiété et des symptômes après un traitement par TVA. À la suite de cette étude, la réduction des symptômes démontrée est de l’ordre de 49 à 61 % (Patrick, 1999).

 

On pratique la thérapie vibroacoustique par la harpe (TVAH), parfois appelée massage musical, en amplifiant le son de l’instrument du praticien-harpiste à l’aide d’un fauteuil, d’une table ou d’un matelas à hautparleurs intégrés. Lors d’une séance avec un patient souffrant de douleur chronique, on isole des sons précis résonnant là où résident les points de tension ou de douleur du corps; ces sons sont ensuite amplifiés et intégrés dans une improvisation musicale à la harpe. Chaque patient ressent les vibrations sonores de façon différente à des moments différents; cette thérapie est donc très interactive et doit être adaptée à chacun, dans le respect de son unicité. De façon générale, les hautes fréquences stimulent le corps tandis que les basses fréquences le détendent. Quand le patient est détendu, sa pensée abstraite s’estompe alors que son état de conscience s’accroit. Des souvenirs (positifs ou négatifs) peuvent ressurgir, être revécus ou symbolisés de façon onirique; ces expériences peuvent permettre une conscience nouvelle, une intégration ou un recadrage positif d’images refoulées, ou encore une catharsis. La majorité des patients font état d’un sentiment de relaxation profonde, d’un soulagement de la douleur ou de la tension, d’une conscience corporelle accrue et d’une perception d’images positives. 

 

Même si la TVAH n’en est qu’à ses débuts, plusieurs études font état de son efficacité pour réduire la tension et la douleur, car elle active la réponse de relaxation et stimule ou synchronise les différents systèmes oscillatoires du corps. La TVAH améliore aussi le traitement des émotions et l’imagerie positive, tout en stimulant la circulation lymphatique. Des patients présentant des affections comme une arthrite, une dorsalgie, une fibromyalgie, une insomnie, des acouphènes, une dystrophie sympathique réflexe (DSR) indiquent une réduction des symptômes après seulement vingt minutes de TVAH. 

 

Dans l’examen de 16 patients ayant reçu 20 minutes de TVAH, les niveaux de tension et de douleur, toutes régions du corps confondues, chutent de trois points en moyenne sur une échelle subjective de 1 à 9. Les plus grandes diminutions de tension sont remarquées au niveau des jambes, du dos et des épaules (Williams, 2005).

 

Dans une étude pilote sur 10 patients ayant reçu 15 minutes de TVAH,  tous font état en fin de traitement d’une réduction subjective de la douleur/tension sur une échelle visuelle analogue. La moyenne de variabilité de la fréquence cardiaque permet de constater une amélioration chez tous les patients. Les mesures pré- et post-thérapeutiques mettent en évidence que c’est sur la stimulation de la fréquence cardiaque que les résultats sont les meilleurs.

 

Même sans amplification, le jeu de la harpe a un effet. Dans une étude en cours, le Dr Abraham Kocheril, chef du service d’électrophysiologie cardiaque au Carle Heart Center (Urbana, Illinois), constate que cinq minutes de musique de harpe « live » ralentissent la fréquence et la conduction du noeud sino-auriculaire pendant l’intervention musicale et les cinq minutes qui suivent, mais augmentent aussi son temps de récupération. Ces résultats corroborent l’hypothèse du Dr Kocheril que la musique de la harpe entraine une réduction du tonus sympathique, mais suggèrent également une augmentation du tonus parasympathique. De plus, comparativement à un groupe témoin (un échantillon de 61 patients atteints d’un cancer), des patients du United Hospital (Saint-Paul, Minnesota) indiquent une réduction de leur anxiété, ainsi que de leurs fréquences cardiaque et pulmonaire, à l’issue d’une séance de 30 minutes de musique à la harpe. Par ailleurs, une étude menée à l’Orlando Regional Medical Center (Floride) chez 17 patients de chirurgie cardiaque et thoracique démontre qu‘une seule séance de 20 minutes de harpe « live » réduit efficacement la douleur, l’anxiété et certaines variables physiologiques dans les trois jours postopératoires.